Un Igloo de trouvé!

Petit post sur une mini patrouille améliorée: la traversée Verbier Arolla, avec une halte à l’Igloo des Pantalons Blancs, et le sommet de la Sâle comme cerise sur le gâteau! Le tout en TC s’il vous plaît :D

Ylva et Bruno au départ

Départ samedi matin en train en direction de Verbier. Après une petite remontée câblée au col des Gentianes nous voici partis pour l’Igloo des Pantalons Blancs.

L’éclaircie de la journée

2 cols plus tard en direction de la Rosablanche, on décide d’écourter notre périple et de quitter l’autoroute de la patrouille vers 3160 pour rejoindre l’épaule à l’Ouest du sommet. Jolie descente sans visi bien dure à bon grip.

Quelque part entre Verbier et l’Igloo

On remonte alors en direction du col de Soveureu dans un brouillard bien épais. Une descente plus tard, c’est maintenant le glacier des Ecoulais que l’on remonte. GPS et azimut oblig (Merci Bruno),  on arrive enfin à l’Igloo pour une petite soirée bien remplie pour les ventres :D

Arrivée à l’Igloo

Au petit matin, les nuages sont partis et on est de nouveau motivés

Au petit matin

Le programme de la journée est de grimper le sommet de la Sâle puis rejoindre Arolla.

Sâle, (Pleureur), Pointe des Chamois et Grand Combin

 

En direction de la Sâle

Un relais plus tard en pente nord, on arrive à la base du socle sommital où on troc les skis pour la corde, dégaines et crampons.

Sommet en vue

Chouette petite grimpe dans du graillon Valaisan comme on les aime :P.

Ylva

La descente de la pente nord de la Sâle nous réserve de la bonne Pow! La poudre est bien là et et nous fait bien plaisir.

POW!

La suite est une grande inconnue. Aucun d’entre nous n’a trouvé d’info sur la descente versant Est. Seuls deux lignes dans le Labande, un trait sur la carte topo, et des inclinaisons assez raides indiquées sur geomap. Arrivés sous les séracs du glacier de la Sâle, la suite s’annonce bien plus facile qu’imaginée. Quelques virages plus tard, une large pente en neige juste revenue nous mène jusqu’au point 2948.

Versant Est de la Sâle

De là, plus qu’à rejoindre le Pas du Chat dans une moquette à longs poils.

En direction du Pas du Chat

On repeaute alors pour une dernière montée au pas de Chèvre sous le soleil tapant. Un virage plus loin, le pas de Chèvre est en vue où se mélange collants pipettes et fans de la Haute Route.

Dernière descente

Plus qu’à se laisser glisser en bas!

Merci les amis pour ce petit week end bien rempli! Plus de photos sur picasa.

Publié dans Autre, Ski | Tagué , , , , , , | 3 Commentaires

Prendre un peu d’air dans le Prättigau

Après un week-end bien chargé (Vol à ski depuis le Tödi), bien fatigué, je repousse la décision à lundi matin… aller voler ou pas? La météo annonce des voiles d’altitude, mais les webcams montrent la même tendance que le jour précédent ou des vols incroyables ont été fait au départ de Fanas… Malgré la fatigue du week-end je décide de tenter le coup sans trop d’ambition, et je pars de Stelserberg, ce qui me permet de me lever plus tard…

Tout seul au déco, les premiers pilotes partit de Fanas passent au-dessus, je décolle, gratte un peu les arbres, arrive à m’extraire, ouf ! S’en suit un vol magnifique ou les thermiques sont moyens mais nombreux, très turbulents au pafond. Le summum, je prends un thermique aile dans aile avec un aigle au-dessus de Klosters !

De retour vers Fanas après un magnifique vol.

De retour vers Fanas après un magnifique vol.

Finalement retour à Fanas, puis encore pas loin d’une heure ou je joue avec le vent de vallée… bien content d’avoir bouclé ce projet à moyen terme. La prochaine fois, objectif Walensee !

Pour visionner le vol cliquer ici.

 

Mais quel magnifique autocollant !

Publié dans Parapente | Tagué , , , , , | Poster un commentaire

"ô mon fils", ou l’histoire de 7 cols et un bivouac

Pour les réclamations sur la première partie du titre, veuillez vous adresser à M. Louis… mais oui c’est vrai qu’avec une météo pareille, difficile de ne pas se laisser aller au télé-travail en montagne.

Home-office

Donc on est partis trois jours autour du Bivouac des Dorées, avec une ribambelle de cols à la clé. Ce qui est rigolo avec la traversée d’un col, c’est qu’on ne sait jamais sur quoi on va tomber de l’autre côté. Ce qui est moins rigolo quand on y réfléchi, c’est qu’à chaque fois qu’on descend un col, il y en a en général un autre à remonter pour revenir au point de départ, CQFD.

Premier jour, nombre de cols: 0, dénivelé: beaucoup, sacs ++

rive gauche du glacier de Saleinaz

déjà que monter de la prise d’eau en été c’est assez long, mais alors en partant de Praz de Fort… Heureusement la météo est au beau fixe et l’ambiance le long du glacier très jolie. Petite nuit tranquille à 4 au bivouac avec 2 personnes très sympathiques (elles nous ont amadoué avec un pot de crème Mont-Blanc, difficile de faire mieux!)

toujours aussi jolie vue du bivouac

Deuxième jour, nombre de cols: 4, dénivelé: beaucoup trop, sacs +

Après avoir changé 13 fois d’avis sur le sens de notre parcours, on a finalement opté pour Tita Neire>Petit Darey>Crète Sèche>col des Essettes>Col de la Grande Lui. Cela nous a permis de faire quelques jolies descentes en poudre, et de profiter des jolis paysages dans ces vallons suspendus au-dessus du Val Ferret.

couloir E du ptit Darrey

entre le col de Crète Sèche et celui des Essettes

belle vue, point barre

Avis aux amateurs de XDLR, pour les autres ya de la pow

Troisième jour, nombre de cols: 3, dénivelé: négligeable, sacs + (mais ça fait les cuisses en descente ++)

Vent fort et sommet bouchés au réveil, on part tout de même pour un petit tour par la fenêtre du Tour, le sommet de Tête blanche, le col du Tour et la fenêtre de Saleinaz. Finalement le vent se calme et le soleil revient, et on profite (c’est un grand mot) de la longue descente jusqu’à Praz de Fort.

vue sur les Dorées et la fenêtre de Saleinaz depuis Tête Blanche

Bref, 3 belles journées là-haut entre glaciers et sommets, conclue comme il se doit par une Pizza-bière des fagots. Merci Muche pour la motive ! le reste des photos sur Picassouille.

Publié dans Ski | Tagué , , , , | Poster un commentaire

Trophée des Gastloser

Malgré les apparences, toutes nos sorties ne se passent pas toujours bien.

Par exemple il y a deux semaines, partis pour le trophée des Gastlosen, on se rend compte en route qu’on est pas à la bonne date, qu’il est annulé pour manque de neige, et qu’il fait moche ! Pas découragés pour autant, on se retrouve sur le parking, seuls. Le télésiège n’est pas encore ouvert… on est donc obligés de monter sur la piste, puis de tracer le premier couloir vierge gavé de poudre.

Bien entendu, personne ne l’as sécurisé, et après une petite fracture – çasestquandmemeunbonsignaldalarmeonsecasse, on est obligé de redescendre (ce qu’on aurait fait de toute façon, on pouvait pas le laisser comme ça…).

Benoit redescend le premier couloir

Au lieu de traverser par le col, on contourne donc la montagne en cherchant vainement le chemin d’été (et oui on est têtu). On avance pas, on fait pas de dénivelé, et en plus mes peaux ne collent plus, heureusement j’ai du scotch.

C’est par où ?

Après plusieurs km de plat (c’est pourri ce parcours !), on arrive enfin au pied de la Wandflue. On monte la face sud, et on ne profites pas de la vue au sommet, parce qu’il fait toujours moche. Mais où sont les éclaircies ?!

On trouve quand même le couloir nord, mais c’était pas facile y a aucunes traces. Du sommet on aperçoit le col que l’on doit remonter de l’autre côté, mais pour y aller on est obligé de descendre au moins 400m de poudre vierge, ça devient fatiguant. Surtout qu’on doit tracer un couloir chacun…

Entrée du couloir

Le couloir parallèle, nouvelle discipline olympique ?

On repeaute, on repart, je reperd mes peaux, je rerescotch (la j’en ai plus, faudrait pas qu’on doive les remettre encore une fois !), et on arrive un peu fatigués pour la dernière descente.

Le trophée des Gastloser : de là, à de là !

Et la rebelotte, les organisateurs n’ont toujours pas balisé le parcours, on perd beaucoup de temps à chercher notre chemin dans ces espaces poudreux et pentus.

Dernière pente

On retrouve finalement la piste de luge, qui nous amène jusqu’à la voiture. Et là même pas un petit thé pour nous féliciter, rien !

La montagne, c’est pas toujours facile… … … :D

Publié dans Ski | Tagué , , , , | Un commentaire

Une chatte porte du lait mais ach, pète !

Week-end de grand beau annoncé, avec des températures estivales, on réfléchi longtemps à la destination… Une bonne cinquantaine de mails plus tard, on se retrouve à Champex sur la piste Vita : mais on fait quoi là Truc ?

Les doutes s’estompent assez vite à la vue de la face nord du Chatelet. On monte la belle pente sous le couloir, on dépose le matériel inutile au pied (corde, baudriers, fondue, bières…), puis on remonte rapidement dans la trace "ratraquée" par un bout de corniche.

Montée dans le couloir

Montée dans le couloir

Après un petit passage panoramique par le sommet, on s’équipe pour la descente.

Préparatifs au sommet

Préparatifs au sommet

Qui est plutôt bonne il faut bien l’avouer :D

Pow !

Pow !

et rePow !

et rePow !

On récupère le matos, puis on repart pour 800m de montée bien au chaud, avec vue.

Vue

Vue

Sous la cabane, ça chauffe !

Sous la cabane, ça chauffe !

On arrive enfin à la cabane, ou les cacahuètes et la bière nous attendent sur la terrasse ;-)

La terrasse (et la cabane) pour nous !

La terrasse (et la cabane) pour nous !

La cabane pour nous, on a suffisamment de place pour s’étaler, se reposer, manger une bonne fondue, et même… trouver un string ! :D

Malheureusement je commence a avoir mal au bide, je verrai bien le lendemain comment ça va…

Les photographes au taquet

Les photographes au taquet

Après une nuit très calme (ça change des cabanes blindées !), je pète vraiment pas la forme, et je reste donc me reposer à la cabane. Pendant ce temps, les 3 autres vont au plan original : traversée du Portalet Ouest-Est, et se font plaisir ! (il faudra que j’y rene pettourne… des amateurs ?).

"Ici : les photos de Steph du Portalet, ainsi que le petit texte qui les accompagne :D"

En conversation intime

En conversation intime… mais avec qui?

Coucher sur le combin

Coucher sur le combin

Pat le fondu master

Pat le fondu master

ah, ça du rechauffer la cabane même sans le four...

Ehh, les copines, on vous assure qu’on était qu’entre mecs…

Donc on part avant le lever de jour, se croyant seul au monde sur le glacier d’Orny. Sans trop d’interruption (à part les "allume ta frontale" de part du photographe…) on arrive avec le soleil au col des plines.

"Fabien, allume ta frontale!"

Après une descente en bonne poudre, nous attaquons la face nord du Portalet. C’est preque comme un escalier, enfin, pas pour le deuxième mais pour le troisième ;-)

Truc direction col des plines
Truc direction col des plines
[Group 24]-DSC02177_DSC02178-2 images

Face nord du Portalet

Le couloir est nous aceuille avec une qualité de neige changeante, carton, dur, poudre, mais en générale en se gaffant ça passe bien. La fin on se regale avec une poudre magnifique, à mach 12 jusqu’au pied du Clocher du Portalet. On remonte pour retrouver Pat, qui n’est pas plus en forme que le matin, le pauvre!

Ben attaque

Ben attaque le couloir du Portalet

DSC02263

Le couloir est du Portalet, bon par endroit

la c'est le mauvais endroit:

le 3x3m de carton en bas du Portalet

On se retrouve à la cabane, d’ou il nous reste 150m pour monter au col d’Arpette. ça me parait durer au moins le double, mais on retrouve finalement Muche au sommet qui est montée par l’autre côté, belle motive ! Et synchronisation incroyable, à 10m près en haut en même temps !

Les forces reviennent pour la descente, qui est pas pire puisqu’elle commence par 700m de couloir en poudreuse (un poil croûtée) ! La suite est très tracée, mais on se fait quand même plaisir jusqu’à Champex.

rerePow !

rerePow !

à plein gaz!

La descente du couloir d’Arpette à plein gaz!


Un bon week-end quoi ! ;-)

le gateau au pommes mérité. Supèrbe sortie les gars!

le gateau au pommes mérité. Supèrbe sortie les gars!

Plus des photos comme d’hab sur l’ipernity de Pat et moi:

Publié dans Ski | Tagué , , , , , , , , | 2 Commentaires

L’Enfer, comment ça s’Ecri ?

Le week-end s’annonce bien, avec du beau temps, et 10 cm de fraîche tombés la veille.

On commence avec Truc par un une jolie combe un peu cachée au dessus de Taney. On trace dans une belle ambiance.

Seuls au monde

Seuls au monde

En haut ça souffle fort, ce qui génère des petites accumulations…

Oups...

Oups…

Heureusement c’est pas épais. Après une première super descente nord, on remonte, et on bascule côté sud, ou c’est encore très bon !

A fond !

A fond !

Très belle journée tout seuls, à part les quelques bouquetins qui bronzaient au soleil.

Le soir, il retombe 10 cm, ce qui est une bonne nouvelle pour le lendemain :-)

Départ à 750m, il faut porter 250 pour enfin trouver la neige, et la motivation… on monte ensuite dans un beau vallon sauvage, pour accéder au couloir visé.

Couloir au soleil

Couloir au soleil

Un bon pic-nic mérité au sommet, puis c’est parti pour la descente.

La belle croix du sommet

La belle croix du sommet

Le haut du couloir est malheureusement déjà tracé, mais ça ne gêne pas trop. Ensuit dès que ça s’élargit, c’est très, très bon !

Ultra bon !

Ultra bon !

C'est pas fini !

C’est pas fini !

On termine par un peu de moquette, puis le portage avant la bière bien méritée :-)

Portage qui en valais la peine

Truc content, et un peu fatigué ;-)

Le reste des photos sur mon ici et la.

Publié dans Ski | Tagué , , , , , , | Un commentaire

L’hiver n’est plus chimère

Chaque semaine depuis quelque temps mon app de meteo suisse annonce du gros dump dans les vallées sud de la suisse. Il faillait aller voir! Je pars pour Davos pour rejoindre Florian et le lendemain nous partons direction Ofenpass. 40cm de peuf à tracer, ça fait plaisir!

Ca valait la peine de se lever avant le lever..

Ca valait la peine de se lever avant le lever..

DSC01479

Pas un chat

On y  est au Piz Daint

On y est au Piz Daint

Enorme

Enorme la tempête de föhn

De la grande peuf!

De la grande peuf!

La descente est orgasmique, les quantités de neige incroyable. Nous avons pas encore assez, on reprend le bus pour Santa Maria et on est reparti pour le Piz Caldesch. Le ciel se couvre petit à petit, mais la descente dans la forêt est quand même trop bon.

Le ciel se couvre

Le ciel se couvre, direction Piz Caldesch

Belle architecture

Belle architecture

Après nos 1900m de trace à faire il nous fallait du renfort pour le deuxième jour.  Nous partons à 5 pour le Piz Mandra. Encore tout seul et encore des quantités de neige incroyable. Malheureusement la batterie de mon appareil ne tient pas si longtemps pour prendre en photo la descente.

Powow

Powow: par ou ça passe?

Le weekend d’après on cherche de la peuf en Valais. Les vallons sud sont très prometteur, en particulier la vallé de Conches semble d’avoir pas mal de neige. De nouveau on se retrouve tout seul à faire la trace dans une poudre magnifique. Le föhn empêche les nuages à venir et en même temps il y pas de vent chez nous, bizarre.

Gaaaanz alleine

Tooouuuut seul

Renzo der Rocker

Renzo der Rocker

Das Goms

La vallée de Conches

Was ist das für eine Spur?

Le loup?

Los gehts

Avanti!

Schafft er es?.... ja!

Est-ce qu’il va y arriver? … ouee!

DSC01835

Grosse condis!

Plus de photos se trouvent sur mon ipernity.

Publié dans Ski | Tagué , , , , , , , , | Poster un commentaire