Etude sur un spécimen en voie d’extinction

Dans l’histoire de notre planète c’était normale que certaines espèces apparaissent et d’autre disparaissent. Mais il y a toujours des spécimens en voie d’extinction qui se persistent dans leur refus comme par exemple celui ci.

J’en ai trouvé deux autres au sud de la Norvège, habitants un Fiat 500 jaune. Ils sont des collecteurs de baies, ils se lavent dans les rivières et lacs ou bien des stations d’essence.

Je les ai suivis pendant toute une semaine, j’ai essayé de comprendre leur coutumes, leur quotidien. En-voici le récit.

Incapable d’utiliser les moyens de communication moderne, les deux spécimens ont de la peine de se retrouver à la gare. Mais après quelques manouvres qui les ai surement mis sur la liste noire des terroristes de la route de la police norvégienne, ils se sont quand même rencontré sur une zone d’interdiction d’arrêt. Mais vu que la voiture n’est pas encore enregistrée officiellement, ça aura surement pas de conséquences.

Détestant la civilisation comme de la peste il se précipitent de quitter la ville, pour se rendre dans un endroit habité que des araignées et moustiques, une falaise s’appellent Damtjern. Ils s’équipent avec du matériel bizarre et vont à l’assaut de ce mur vertical à l’aide des rugissements parfois bien violents, mais apparemment ça leur aide à surmonter ces difficultés fait maison (de l’autre côté de ce mur plus que vertical on peut facilement monter à pied !!!!)

bien cool les voie, FLorian dans un epic onsight de Baker for smed (7)

Damtjern, Florian dans un epique et bruyant onsight de Baker for smed (7)

La nuit tombe est les deux spécimens ont une faim féroce et dévorent un repas plein de protéines avant de se mettre dans leur abri respectif pour passer la nuit. Un des deux se partage le pré avec des polonais apparemment vivant du même style et l’autre se mets dans sa Panda avec un système sophistiqué lui permettant de s’allonger à 10cm du plafond.

'est beau

Place de camping pas pire

Le deuxième jour, le même spectacle se répète, leurs cris résonnant dans l’amphithéâtre de Hvarnes faisant fuir tous riverain, si seulement y’en avait…

DSC03160

Hvarnes, si on joue on risque de perdre… ce 8+ c’est pas pour nous

Dans les deux jours qui suivent, les deux vont à l’assaut des bastions bien plus hautes, aussi connue sous le nom du Yosemite norvégien Haegjefjell. Equipée des mécanismes à ressort et des victuailles ils commencent à monter ce qu’ils appellent des « dalles » (Hägar). Du coup les hurlements sont remplacés par des malédictions, émis à basse voie.  Mais malgré ces jurons, leur faim de monter sur ces collines douces par la façon la plus difficile (et incommode !!) ne semble pas être satisfait.

Hageefjell

Haegefjell

[Group 8]-DSC03232_DSC03234-2 images

Après la longeur dur de Hägar (6+)

DSC03262

Descente de Haegefjell

Sur des conseils d’autres ils attaquent une autre colline Beremslandfjellet (Spionführe, 7), ne semblant de pas être équipé qu’avec des dalles… mais qu’elle surprise ils auront quand ils se retrouvent dans encore plus de dalles.

un poil run out

un poil run out dans la Spionführe

et retour

et retour avec vue sur Nissedal

Il doit exister une sorte d’amour-haine avec leur vie, comme les deux spécimens commencent à montrer des effets secondaires extérieur sur leur peau. Ils ont plein de petits gonflements, sûrement du à leur nourriture et la pression mentale (très impossible que c’est dû au moucherons (ou midges), cars ils sont vraiment trop petits !)

 

Les marques des midges

qqn est passé pas là

La prochaine étape des deux est Urdiviki, de nouveau une falaise préparée par d’autres de cette espèce en voie d’extinction. De nouveau les hurlements font fuir les élans mais pas les midges. Mais au lieu que le deuxième aille à l’aide du premier qui hurle, celui-ci commence aussi à hurler. Le peu de conversation que j’ai pu épier, était un conglomérat de termes étranges comme « Mythique » (c’est une sorte de réligion ?), « Banzai » (oui, effectivement il y a un peu de végétation dans la paroi), « Venga bicho » (une biche vegane ???), « cleaner » (effectivement une douche sera appropriée !), jammer (Il vivent bien la misère -> allemand), « majeur » (ils doivent bien en utiliser tous les doigts) … faisant aucun sens dans ce contexte.

[Group 10]-DSC03351_DSC03352-2 images

Siesta ou Fiesta (8)? en tout cas c’est dur et long

 

Beansss

Beansss

c'est parti!

c’est parti pour du offwidth

Avec le même quotidien leurs journées sont bien remplis : cueillir des baies (1h au moins), manger des protéines  (2h), attaquer des roches (5-8h), faisant sembler de se laver dans des rivières et lacs (1h), chercher de l’eau potable dans les toilettes des stations d’essence (15min), installer les abris (30min), parler de leur réussites (1h), se plaindre des moustiques (1h), rouler à 30km/h pour économiser du pétrole (2h)…

Dalen

Dalen, le retour pour Oslo

Un épisode sortant du cadre est la visite d’une église qu’en bois, donc éventuellement la thèse qu’il s’agit quand même d’une sorte de religion n’est pas si loin. Les deux derniers jours de leur voyage ils s’approchent de nouveau à la civilisation et visitent des endroits appelé Bergflodt et Lahell.

il est ou le spit?

il est ou le spit?

du gaz

du gaz à Bergflodt. 50m de voie

florian dans un 6+

Florian à Lahell

La réinsertion dans la civilisation se fait à petits pas, au lieu d’utiliser les commodités d’une maison normale, ils se joignent à un autre spécimen du même type (Trygve) pour un barbecue.

La petite question bonus, comment s’appelle cette espèce ?

 

Plus de photos içi!

Publié dans Autre | 1 commentaire

Plan à 4 de l’Aiguille

Samedi, une cordée a choisi une version courte (mais belle) pour escalader le Peigne et a raté la benne. Une autre a choisi une version longue (mais belle) et a raté la benne… mais en sus a pris l’orage sur la tête.

Certains ont dormi sous l’orage.

Certains ont descendu avant mais ont pris l’orage.

Certains ont descendu sous l’orage (mais belle)

Dimanche, ce qui restait des deux cordées du samedi a choisi une voie courte (mais belle) au Pilier Rouge de Blaitière, et après s’être égaré dans l’approche puis dans une 1ère longueur sans issue, s’est rabattu sur une autre voie courte (mais belle) et a pris la benne !

Fidel, en plus d’être longue et dure (mais belle), devra attendre des assauts peaupows moins fiasco.

20160827-IMG_0540

Géraud dans L2

20160827-IMG_0542

Pour l’instant ça rigole

20160827-IMG_0543

ça jam dans L3

20160827-IMG_0546

Après L4+L5, ça rigole moins

20160827-IMG_0548

Soleil !

20160827-IMG_0550

Après la Lepiney, lirait-on de la fatigue dans son visage ?

20160827-IMG_0552

Sommet ! à pompons…

20160827-IMG_0553

Ahhh c’est qui lui ?

20160827-IMG_0558

Une bonne partie de la voie, dont la fissure en 6c

20160827-IMG_0560

ça démerde à côté du Frendo:-/

20160827-IMG_0564

Lumières avant l’orage

20160827-IMG_0569

Le calme avant l’orage

Publié dans Escalade | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Slow-up aux Lofoten

Le trip de Truc et Muche nous avais bien inspiré, Jana est à Tromso, Aline a une nouvelle doudoune, ça fait trois bonnes raisons d’aller au nord ! (bon ok la doudoune c’était après avoir décidé ;-))

Jana nous cherche à l’aéroport, en 5 minutes on est chez elle, ça va c’est pas trop grand Tromso🙂

On commence par les choses importantes, et on installe l’app de la religion locale : yr.no. Grace à ça, le grand Yr peut communiquer avec toi, et te dire si il va peut-être faire beau, ou peut-être pas faire beau, ou les deux, ou l’inverse, ça dépend, mais tu le crois toujours, parce que t’as pas le choix.

Au final, on se dit qu’on verra demain😀, et on va se coucher, sans oublier de fermer les stores et les rideaux, parce qu’il fait encore jour à minuit…

Pendant le premier week-end, on grimpe avec Jana sur deux spots différents sur l’ile de Kvaloya, à chaque fois du super granit au dessus de la mer, classe !

20160730-_MG_3124

Aline a Gullknausen

20160730-_MG_3153

Les locaux

20160730-_MG_3170

Sur Kvaloya

20160731-_MG_3241

Un petit crystal…

20160731-_MG_3245

Une locale dans un 6- dévers à Brensholmen, majeur !

20160731-_MG_3261

Jana et Aline

On part ensuite avec notre voiture louée hors de prix direction les Lofoten, en reliant les belles iles de Senya et Andoya en ferry.

20160801-_MG_3282

Un local

20160802-_MG_3308

Camping

20160802-_MG_3319

Caraïbes !

20160802-_MG_3353

Senja

20160802-_MG_3420

Belles lumières

On installe notre camp de base au camping de Sandvika, on monte la tente et on consulte le grand Yr. Il nous dis, « après-demain au Presten tu iras ». On s’échauffe donc tranquillement le lendemain à Gandalf, dans la classique Gollum, on est pas les seuls…

Le lendemain, Yr n’as pas parlé qu’à nous, et après 10 minutes de marche on arrive en position 4 dans la queue au pied de la voie (il y a déjà 3 cordées dedans) ! Il fait beau, il fait jour tout le temps, on panique pas, on met la doudoune, on attend notre tour, et on rigole bien en voyant la tête des nombreux grimpeurs qui arrivent après😛

Après 2h, deux pipi, et une discussion avec le Suédois derrière nous sur St-Loup et le Miroir (!), on peut enfin démarrer. Et ça valait la peine d’attendre : la grimpe est superbe, le long de dièdres-fissures principalement, toutes les longueurs sont belles, la vue bien classe, et on a le temps de se reposer entre chaque longueur…

A 2 longueurs de la fin, on se fait dépasser en moins de 5 minutes par un local et son pote ricain, ils courent pratiquement en haut, impressionnant !

Coucher de soleil superbe depuis le sommet, reste plus que l’arête expo et la longue descente jusqu’à la voiture avant de plonger dans la tente, grosse journée ! Pour moi c’est une des plus belles longues voies que j’ai faite.

20160804-P1040687

Le Presten

20160804-P1040715

A mi paroi

20160804-P1040728

LE Slanting corner

20160804-P1040759

Chemin de retour un chouilla expo

20160804-P1040768

Ambiance

20160804-P1040777

Henningsvaer

On se balade en voiture jusqu’au bout des Lofoten, à A, en traversant les beaux paysages des îles. 

20160805-_MG_3449

Reine

20160805-_MG_3454

Le bout des Lofoten, depuis A

20160805-_MG_3458

Poissons…

La météo est avec nous, c’est le moment pour Aline de faire sa première voie trad en tête à Pianokraken ! Une correction de relais, un décoinçage de corde et deux taquets plus tard, elle m’amène au sommet, bravo !

20160806-P1040788

Les 3 premiers friends d’Aline !

20160806-P1040795

Premier taquet😉

On enchaîne par du local, le festival Viking ! Bien cool, avec les Drakkars, le lancer de hache, le combat “théâtral”, et le workshop sur les armes Vikings super intéressant ! Maintenant on sait tout sur la hache de combat😉 (même si c’est pas très utile dans la vie de tous les jours…).

Après une pluie matinale, on va voir au secteur Paradiset si c’est sec. Au final on grimpe trois jolies longueurs, dont une au dessus des vagues : ambiance ! Mais la couenne pur trad avec descente à pied c’est pas très efficace…

20160807-_MG_3502

Vikings !

20160807-_MG_3558

Chercher l’erreur

20160809-_MG_3598

Miam

20160810-_MG_3616

Le Storpillaren, pour la prochaine fois !

Pour notre dernier jour, on vise la célèbre Svolvergeita et ses deux cornes. On y va pas trop tôt pour avoir le soleil, car le temps s’est bien rafraichi, et devinez ? On est derrière deux cordées, dont une plutôt lente, vive les classiques ! Aline attaque les 2 premières longueurs, puis je finis les 3 dernières. C’est la queue au sommet, un guide y amène ses 15 (?!?) clients 3 par 3… Je trouve quand même un créneau pour tenter le saut entre les deux, mais je fais la version “pingle”, en m’élançant depuis la réglette tout en bas de la première corne… (et pas le salto comme le gars 2 jours avants, qui s’est retrouvé en première page de tous les journaux du nord de la Norvège ;-))

20160810-P1040809

Aline aime sa doudoune

20160810-P1040812

Vue sur Svolvaer depuis la Geita

20160810-P1040845

Chacun son sommet (copyright Truc et Muche)

20160810-P1040854

La Geita

Long retour à Tromso, avant de faire un dernier jour de grimpe sur Kvaloya avec Jana, sur un granit à grosses réglettes étonnant.

Ah oui, il vaut mieux aimez le saumon et le cabillaud séché-mariné !

Merci Jana pour l’accueil c’était super ! On reviendra peut-être pour le kayak avec les baleines et le snorkeling avec les orques sour les aurores boréales😉

20160813-_MG_3676

Bye bye la Norvège !

Publié dans Escalade, Voyage | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Oh miroir, mon beau miroir

quelle est la plus belle ?

La PeauPow ne se repose pas forcément, mais a un peu de retard… Retour sur un week-end de juillet pas reposant😉

Echauffement le samedi, dans la directe avec Aline. On est les premiers dans la voie et ça déroule rapidement, très cool ! On arrivera à peine plus tôt que la dernière fois à la voiture, sauf que cette fois c’est après l’apéro et le souper à Solalex🙂 Le coucher de soleil sur le miroir, c’est aussi bien d’en bas !

20160709-IMG_0464

Dans le dièdre de départ

20160709-IMG_0466

Dans la dalle

20160709-IMG_0493

Summit !

20160709-IMG_0497

20160709-IMG_0506

Le Miroir

Dimanche, direction Mamba avec Marc, pour quelques longueurs et cotations de plus, cette fois, c’est moi qui suit😉 Très belle grimpe aussi, pas facile, avec des dalles, des dièdres, des fissures, de tout quoi !

20160710-IMG_0514

Dans LE dièdre

20160710-IMG_0517

Superbe longueur en canelures

20160710-IMG_0525

Un des 15 rappels…

20160710-IMG_0530

La moitié du haut

20160710-IMG_0535

Le miroir nous répond, elles sont toutes belles !

Ah, et comme l’as mentionné Muche il y 4 ans (!), les cordelettes des relais pourraient être changées… c’est surement toujours les mêmes, on en a changé 2😛

Sinon, on vous recommande le St-Julien à Buis-les-Baronnies pour des belles voies de 2-3 longueurs en super calcaire raide, sans oublier de gouter les vins locaux😉 Et pour de la fissure trad, la voie Souvenir au Pissevache, 5 longueurs le long d’une fissure ! J’ai beaucoup aimé, Aline pas du tout… La suite dans le nord bientôt !

 

Publié dans Escalade | Tagué , , , | Laisser un commentaire

La Dent des (pa)rents

Bidule chez sa mamie pour 3 jours, on s’accorde un jour de réflexion devant les JO pour décider du programme des 2 suivants. Bise et mauvais sur la crète Nord > direction l’Italie. En fait presque: direction la Dent d’Hérens, un 4000 frontière du Valais et du Val d’Aoste, où les différents modèles s’accordent pour du beau temps. On est rapidement à Valpelline via le tunnel, on parque le Kangoo au barrage, puis on enfile nos montures à deux roues (recommandées pour les premiers 5km à plat le long du lac: merci C2C, on confirme mille fois!).

DSC08868

Approche « roulante »

Ensuite on marche longuement le long de la rivière bucolique puis sur la moraine au milieu d’une jungle de Génépi (j’exagère à peine) pour arriver au refuge Aosta (oui, comme s’il n’y en avait qu’un). 15 personnes au refuge c’est juste tiptop dans ce petit batiment cosi de moins de 30 places. Surtout que l’on retrouve Josep le plus Catalan des Neuchatelois, alias super papa-ingé-guide, avec un client lui aussi Catalan qui a ramené de la charcut’ dans son sac… miam🙂. Une grande rasade de Génépi maison plus tard (tiens donc) et au dodo jusqu’à 2h30.

Au réveil le ciel est clair, mais le sol aussi… la journée risque d’être un peu pimentée… On mène le bal des frontales pour remonter la moraine puis le glacier dans la neige fraiche, et on arrive comme prévu au petit jour au pied des chaines qui aident à accéder à l’arête.

DSC08887

Les crampons ne nous quitterons pas de la journée. Dans la pente de neige médiane, on a droit à un lever de Soleil magnifique sur les 4000s du Valais (merci le froid). On a aussi le droit de bien regarder ou l’on plante les crampons car la pente est à la limite de la glace par endroits (merci le froid).

DSC08890

Ambiance mixte sur l’arête de Tiefenmaten

DSC08892

Sunrise and lampset

DSC08893

La Dent Blanche… qui aurait semble-t-il échangé de nom avec la Dent d’Hérens à la faveur d’un géographe (qui avait trop bu de Génépi au refuge???)

La bise rafraichit les extremités, le dénivelé calme les ardeurs, et on finira sur la crête sommitale juste à 50 mètres du sommet (comme toutes les autres cordées du jour d’ailleurs). Joli point de vue sur le Toblerone voisin.

DSC08896

Ma terre orne droit devant

On traine pas et on attaque direct les 2300m (miams) de descente-ceuillette. Il n’y a pas que les Ecrins où faut aimer les longues bambées, et ya pas que les Ecrins ou on trouve nos plantes aromatiques préférées (pour ceux qui suivent ;-)).DSC08902

Au final, un beau 4000 bien sauvage qui met un point final à notre saison d’Alpi. Les pieds ont maaaaal et on se réjouit de retrouver les JO sur un canapé, mais on a adoré la course: jamais très dur mais bien long et complet, vraiment chouette, avec un panorama au coeur des Alpes Valaisannes à couper le souffle. Tcho !

Publié dans Alpinisme | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

The Darons in the Coldwing Valley

Alors que la peaupow se repowse pas mal ces temps-ci (nouveaux jobs ? occupations conjugales ? fée verte ?? pinglés???…), nous on s’est libérés de nos obligations parentales pour une semaine afin de visiter le camping d’Ailefroide, enfin surtout ses alentours.

On décide d’attaquer dans le vif du sujet en payant une visite à l’aiguille de Sialouze, réputée comme le must en matière de granite local. Après une petite voie de chauffe le matin pour se rassurer sur les cotes et le style local, on part pour une petite montée au refuge du Sélé.

DSC08750.JPG

Valong du Sélé

Au petit matin (7h, ouf!), une jolie approche ou faut mettre les mains puis les crampons nous ammene au pied de la face qui affiche de jolies trainées noiratres, signes d’une humidité au dessus des normales de grimpaison. On est pas venu là pour rien et on tente le coup dans « Ventres à Terre », mais malgré le beau granite et mes nouveaux chaussons lavables en machine, l’eau complique pas mal les choses. Une heure de soleil aurait suffit pour tout sécher mais c’était sans compter le nuage vaché au sommet pour la journée… Bref, demi-tour au milieu de la voie, ça sera pour une prochaine. Looooong retour, ampoules, et orage annoncé qui éclate… 10min avant d’arriver au parking.

 

Le lendemain on s’accorde un peu de repos et de séchage pour réfléchir à la suite et zoner dans Ailefroide. Les prévisions météo sont au beau fixe pour le reste de la semaine>préparez les darons!

Du coup le sur-lendemain, suivant les commentaires du plaisir west et du Cambon (la bible de grandes voies locales), on part pour le vallon du Glacier noir faire une longue bambée de 16 longueurs à la journée sur l’aiguille de Sagnette. Deux cordée dans la voie de gauche, on part dans celle de droite, c’est pas trop dur autour de 5c/6a, assez raide, en bon rocher, bref, trop cool. Avec même quelques longueurs démentes et gazeuses dans la 2ème partie pour ce niveau de difficulté.

Pour finir la semaine, on demande une petite extension à la super Mamie nounou (accordée!) pour aller tâter un peu de l’altitude et visiter encore un autre vallon. L’objectif s’impose de lui-même: on va faire « la barre », bah oué le plus haut sommet du coin quoi. Après un bon ptit dej de grimpeur, une réservation le matin même, on monte donc au refuge des Ecrins (même pas plein en pleine saison!), planté au milieu du Glacier blanc. Superbe vue face à l’objectif du lendemain.

En plus j’ai le plaisir de retrouver un pote du CRET Antoine dit « pissaladière » qui (lui!) avait réussi le proba il y a 3 ans et est désormais là avec des clients. Sympa car on sera les deux seules cordées pour la Barre le lendemain, le gros des troupes visant plutôt le Dome, le 4000 rando du coin.

Pas besoin de vous faire un dessin, lever de soleil magnifique, échauffement sur le plat puis montée ultra-efficace dans les pentes glaciaires (faudra revenir avec des spatules!), on attaque bien vite les petites difficultés de l’arête, jamais extrêmes, mais jamais monotones, nickel pour notre petite forme de darons actifs. La vue du sommet est splendide sur toutes les Alpes car on est vraiment au coeur du massif.

Ensuite remontée au Dome pour cocher un 2ème 4000 et faire le plein de Tagadas, et (très) looooongue redescente jusqu’au fameux Pré de Madame Carle.

Ya pas à dire, ces Ecrins c’est de la balle: de beaux sommets d’alpi, des longues voies de grimpes tout niveaux, un camping bien roots et pas cher avec eau chaude à volonté, et quasiment personne sur les voies (comparé à Chamonix Land ou même en Suisse). Bref, on reviendra!

 

Publié dans Alpinisme, Escalade, Voyage | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Spaghetti tour

Après 6 tentatives du spaghetti tour à l’Ascension (et oui on est un peu borné des fois…), la météo est enfin bonne ! Comme on a eu le temps de s’organiser, on découvre deux jours avant le départ que la benne du Petit Cervin est fermée, il nous faudra quelques dizaines d’emails pour trouver une variante au plan initial…
Après un raccourci téléski pour certains, et un passage dans les nuages, on se retrouve avec Steph, Marc, Raph et Elia au bivouac Rossi et Volante, pendant que le gardien d’Ayas trouve deux places pour Rem et Fi.
Après-midi “normal” au bivouac : on se repose, on mange, on nourrit les choucas, on fait de l’eau, et… on appelle les secours pour les 4 personnes qui se traînent au Castor à la tombée de la nuit…

20160505- MG 2671

Direction le bivouac qui émerge juste des nuages

20160505- MG 2673

Non c’est pas la cabane…

20160505- MG 2687

Des randonneurs, un gros trou et les nuages

20160505- MG 2689

Un choucas sur le Penne Tour

Le lendemain, on abandonne lâchement Marc qui n’est pas bien, et on se lance sur l’enchainement Castor – Lyskamm, en se disant que ça peut pas être si long que ça…
Sous le bivouac, on met les peaux et la corde, Steph part, fait 10m, revient : “T’as pas vu une peau ?”:-/ pour une fois c’est pas moi ! Finalement elle tient, on traverse le Castor et on se retrouve à l’attaque du Lyskamm. Raph et Elia décident de passer par en bas étants déjà un peu fatigués (heureusement… !). Cela permet et Elia de tester la descente d’une pente glacée avec un piolet et un seul crampon : il ne le recommande pas !

20160506- MG 2753

Steph se prosterne devant l’arête du Lyskamm

Avec Steph, on arrive relativement vite au sommet Est qui est tracé. Ensuite, il faut faire la trace, et une partie en rocher nous surprend (on a lu le topo un peu vite on dirait…). La vue est incroyable depuis l’arête, avec les 1000m de face nord, et les 500m de face sud autour de nous. Ensuite je nous ralentis pour toute la deuxième moitié, et ouais, je suis déjà explosé:-/ On finit au mental après moult pauses… Comme on n’avait pas prévu d’horaires, on arrive pile poile dans les temps au refuge, qui comme d’habitude vogue dans les nuages.
Accueil et repas super, qui finit avec une bouteille de Génépi par table !!!

20160506- MG 2764

Steph au début de l’arête

20160506- MG 2766

Superbes seracs

20160506- MG 2774

Comment ça y a un bout en rocher ?

20160506- MG 2784

Traversée d’une pente qui donne envie de skier (mais on est pas là pour ça)

20160506- MG 2796

Steph heureux d’avoir grimper un bloc

20160506- MG 2805

Sommet ! Après j’ai plus de photos, trop crevé…

Le lendemain, on enchaîne les 4000 avec Steph, sur des sommets qui ne seraient jamais visités s’ils étaient 500m plus bas… (?)
Il y a des traces dans le Marinelli, mais les nuages sont très hauts, ça donne pas envie. Pas de traces sur l’arête SE de la Pointe Dufour, et avec les skis sur le sac c’est pas très engageant… La météo n’est pas top pour le dimanche, on décide donc de redescendre sur Zermatt. On retrouve les autres au refuge Mont Rose. Ski jusqu’en bas du Gornergletscher, puis portage jusqu’à Furi ou la benne de service surprise nous permet de manger la fondue plus vite, yeah !

20160507- MG 2811

A la limite du brouillard

20160507- MG 2816

Ambiance

20160507- MG 2829

Pointe Dufour, Zumstein et Margherita

20160507- MG 2838

Le Lyskamm (presque en entier)

20160507- MG 2874

Des petits trous, des petits trous…

Merci à tous c’était top !

20160507- MG 2886

Steph le sherpa

Publié dans Ski | Tagué , , , , | Laisser un commentaire